Intérieur voix

déc.
03

jeu. 12/12/2019 de 20h30 à 22h00

ven. 13/12/2019 de 20h30 à 22h00

sam. 14/12/2019 de 20h30 à 22h00

Théâtre du Rideau
Rue Goffart 7a 1050 Elsene Bruxelles
1050 Ixelles
France
Ixelles

Perdre sa voix. Durant 7 ans. Delphine Salkin nous invite à traverser ce qui l'a mené à la perdre, alors actrice, et à la retrouver. Un spectacle de NoNuMoï - direction artistique Delphine Salkin.

SEPT ANS DE MALENTENDUS. MAL ENTENDUE. «En 2001, alors que j’interprète à Montréal le rôle d’Athéna dans l’Orestie d’Eschyle, je sens soudain ma voix se briser. Mais je la récupère en quelques secondes. Puis le lendemain, la même chose se produit. En fait je n'y avais même pas prêté attention. Ce sera plus tard que je me souviendrai de ces premiers signes de ma voix qui me lâchait... Après ces deux dernières représentations de notre tournée québécoise, c’était en 2001, j’ai perdu vraiment la voix : aphone comme on dit... Je ne savais pas encore que c'était là le début d'une série d’épreuves qui me conduiraient deux opérations plus tard, à vouloir témoigner d’une expérience difficile et douloureuse : celle de la perte de ma voix qui a duré 7 ans. » Delphine Salkin est allée à la rencontre de professionnels de la voix, qu'ils soient du domaine médical ou artistique, elle a accumulé des matériaux sonores et visuels, surprenants, drôles, instructifs. Avec ce spectacle, elle retrouve le chemin du plateau et a imaginé, avec ses partenaires acteurs Isabelle Dumont, Pierre Sartenaer mais aussi le créateur sonore Raymond Delepierre, la chronique d'une voix perdue et retrouvée. Comme un hommage à la beauté fragile de la voix, de toutes les voix. Le spectacle a été créé en décembre 2014. Trois semaines de répétitions vont permettre quelques changements et nouveautés... Le spectacle a obtenu le PRIX DE LA PRESSE BELGE DE LA MEILLEUR CRÉATION ARTISTIQUE ET SONORE (Raymond Delepierre) La plupart des textes ont été écrits par Delphine Salkin. Raymond Delepierre a composé au plateau tous les moments sonores, qu'il pilote en direct au plateau sous les yeux du public. Il a également numérisé et retravaillé les documents audiovisuels. Delphine avait en effet recueilli en vue du travail toutes sortes d’enregistrements familiaux et personnels, des archives sonores essentiellement qui sont devenues des pépites pour le spectacle. Tout au long de ses années de dysphonie, Delphine avait régulièrement enregistré sa voix. Et un document vidéo : elle s'était filmée juste après sa deuxième opération des cordes vocales lorsqu'elle prononce ses tout premiers mots avec l'aide de son médecin phoniatre. Ces documents réels ont dicté la ligne dramaturgique du spectacle. Tout ce qui les précède pendant la représentation – petites conférences ; listes médicales de diagnostics du docteur B et des autres nombreux médecins, de médicaments, de traitements (inutiles), compte-rendu du dernier rôle joué par Delphine au moment de la survenue du problème vocal, etc. – vise à préparer les spectateurs à recevoir les images documentaires de la fin. Ces images recelaient une telle charge d'émotion vraie qu’il nous fallait être sûrs qu’aucune complaisance ne soit de la partie. Le récit de la perte d'une voix entre ainsi en résonance avec toute perte humaine que chacun est amené à éprouver dans sa vie. Mais la voix devient aussi au fil du spectacle source d'émerveillement, d'amusements (les transformations vocales) et de joie. Les spectateurs ressortent en ayant envie de l'éprouver, de chanter, de parler.

Source: openagenda.com


Théâtre du Rideau
Rue Goffart 7a 1050 Elsene Bruxelles
1050 Ixelles
France


Nous avons temporairement désactivé la possibilité de naviguer vers les tags.