Les Aubes - re:partitions

lun. 29 juillet à 06:00

Fuseau horaire : Zurich (GMT+02:00)

Quai du Mont-Blanc 30
1201 Genève
Suisse
Genève

Une exposition de partitions graphiques sur la jetée Réalisation: Vincent Barras et Vincent de Roguin. La partition, disent les dictionnaires, est un document dont la notation traduit les caractéristiques fondamentales de la musique: hauteur, durée, intensité, timbre. À cette partition, la tradition savante occidentale a imposé un format standard, qui a constitué l’essentiel des leçons de solfège de notre enfance, tout en forgeant notre vision de la musique et du monde: les cinq portées, les noires, blanches, croches et doubles croches, les silences, pauses, soupirs... Le terme a fini par valoir pour l’œuvre musicale même:la partition, c’est la musique. Dans l’histoire, le format habituel ne s’est pas imposé d’emblée: jusqu’au 19e siècle, les types de notations varient selon le genre musical, le nombre de voix, l’instrument, le médium utilisé (parchemin, papier...), alors même que, parfois, la mélodie elle-même n’était pas reportée sur la partition. Par ailleurs, avec l’exploration d’autres sphères culturelles non occidentales, on s’est aperçu qu’existaient des manières de représenter graphiquement les sons très différentes de la nôtre, tout aussi riches dans leurs géométries surprenantes de graphies, de signes, de formes et de nuances, imposant de repenser les catégories de mélodie, de rythme, de mesure, de temps et d’espace musical que l’on pensait universelles. Avec le 20e siècle, et la mondialisation des échanges culturels, les plus aventureux des compositeurs, voire des plasticiens, se sont emparés de la partition. Ils se sont ingéniés à en élargir la palette des techniques de notation, jusqu’à laisser aux variations graphiques la possibilité de dépasser les intentions du musicien, accordant à la partition son autonomie complète. De moyen traditionnel de transmission de la musique, la partition devient une fin en soi:transgression des frontières entre lecture et écoute, plaisir pour l’œil et l’oreille, art visuel aussi bien que sonore.

Source: http://www.bains-des-paquis.ch


Quai du Mont-Blanc 30
1201 Genève
Suisse

#expo
Nous avons temporairement désactivé la possibilité de naviguer vers les tags.