Grand Débat National Démocratie « Les Femmes, Précarité, Santé, Éducation » Quels enjeux, quelles solutions ?"

mars
06

mer. 6 mars à 19:00

Le chenavard
20 Rue Paul Chenavard
69001 Lyon
France
Lyon

Les femmes, qu'elles portent ou non un gilet jaune, sont appelées à faire part de leurs revendications dans le cadre du  grand débat national  annoncé par le gouvernement. C'est Marlène Schiappa, secrétaire d'État en charge de l'égalité entre les femmes et les hommes et la lutte contre les discriminations, qui a lancé cet appel.

Je vous propose donc de répondre à cet appel et de réfléchir ensemble aux enjeux et solutions que l’on peut apporter au sujet de la Précarité, Santé, éducation  Travailleuses pauvres, chefs de famille monoparentales, retraitées, les Françaises sont de plus en plus exposées à la précarité. Les femmes vivent plus souvent que les hommes sous le seuil de pauvreté en France. La majorité des allocataires de minima sociaux sont en effet des femmes, et le taux de pauvreté des plus de 75 ans est deux fois plus élevé chez les femmes que chez les hommes. La persistance des inégalités et la fragilité des femmes sur le marché du travail, masquées par l’essor du travail féminin depuis les années 1950. Cet essor s’est ralenti depuis une quinzaine d'années et un écart significatif demeure entre le taux d’emploi des hommes et celui des femmes. Par ailleurs, les emplois dont bénéficient les femmes sont souvent des emplois atypiques (temps partiels, précaires), et dans les secteurs dits « féminins », donc mal rémunérés et fragiles. 

Pour les « travailleuses pauvres », la tentation est forte de quitter le marché du travail à la venue des enfants. Le rapport rejoint le constat de nombre d’experts: le déficit de places en mode de garde collectif et la création du congé parental poussent les femmes en situation d’emploi précaire à abandonner leur travail.  Cela conduit à l’apparition « de nouvelles inégalités », entre femmes cette fois, l’écart se creusant entre les « gagnantes » (bien insérées, disposant d’emploi stables et bien rémunérées) et les « perdantes » (travailleuses en temps partiel et bas salaires). Ces inégalités se déclinent dans l’emploi, l’accès aux mode de garde, les salaires et donc les retraites. 

Les femmes chefs de famille, dont le nombre augmente sont de plus en plus en situation de précarité. Leur taux de chômage est presque deux fois plus élevé que celui des mères en couple. Elles forment le gros bataillon des femmes à temps partiel subi. Cette précarité de l’emploi conduit légitimement à craindre une nouvelle dégradation de la situation des femmes retraitées , dont le montant de retraite dans le secteur privé est déjà inférieur de à celui des hommes.

Source: http://www.eventbrite.fr/


Le chenavard
20 Rue Paul Chenavard
69001 Lyon
France

Politique
Nous avons temporairement désactivé la possibilité de naviguer vers les tags.