AFTER Sometime - Aissa Deebi Finissage

dim. 25 novembre à 12:00

Fuseau horaire : Zurich (GMT+01:00)

Avenue de la Jonction 19
1205 Genève
Suisse
Genève

Exposition du 09.11. 2018 - 25.11.2018 Vernissage 09.11.2018 à 19:00 hrs Artist Talk (en Anglais) 17.11. 2018 a 16:00 hrs L’artiste palestinien Aissa Deebi en conversation avec Marisa Cornejo à l’Espace Kugler à Genève. L’artiste palestinien Aissa Deebi et l’artiste / conservatrice Marisa Cornejo lancent un débat sur les thèmes liés au triptyque lieu d’origine - exil - art. “after sometime” est une conversation et une exposition de travaux choisis à partir de différents projets, notamment : This is how I Saw Gaza, war paintings, qui est issu de la perception de Deebi, géographiquement éloignée mais profondément ressentie, des 51 jours de l’attaque de Gaza en 2014. En suivant les nouvelles des frappes israéliennes sur Gaza depuis Genève, Deebi disait : “Je me sens effondré.” Il se sentait également “moralement obligé” d’y répondre. Il a participé aux manifestations quotidiennes contre les attaques et a également commencé à produire des esquisses à l’encre des images de la télévision. Pour finir, il a transformé ces esquisses en peintures à l’huile en noir-et-blanc brillant. Ce projet a été exposé au cours de l’exposition Art Dubai 2018 et au Musée de la Palestine aux Etats-Unis. The trail est une nouvelle édition d’impressions issues du travail de Deebi pour la 55ème biennale de Venise. Ce travail a été réalisé pour sa dernière exposition : Exile is Hard Work à l’Université de Birzeit en Palestine, et a été produit par le département de peinture et d’impression de la VCU, Etats-Unis, en collaboration avec le professeur Noah Simblist. The trail fera partie du Festival du film palestinien de Genève le 2 décembre 2018. Pour plus de détails voir : palestine-fce.ch A propos de l’artiste Aissa Deebi Aissa Deebi est un artiste palestinien établi à Genève. Ses premiers travaux explorent la complexité des pratiques quotidiennes dans la Palestine de l’après-1948 : Days like this (Des Jours comme ça, 1997), Makkan (1998), My dream house (Ma Maison de rêve, 1999), Nothing is new only forgotten (Rien n’est nouveau jusqu’à ce que ce soit oublié, 2000). Ensuite, le travail de Deebi s’est attaché au thème de l’émigration et de l’aliénation, qui a culminé dans son travail de doctorat en menant une analyse critique de la diaspora comme espace de création. En parallèle avec son travail académique, Deebi a réalisé une série de travaux qui interrogent les phénomènes complexes de la migration culturelle et de la réalité de la diaspora au travers de l’expérience d’un artiste-immigrant adulte palestinien dans l’Amérique de l’après-11 septembre 2001 : Killing time (Tuer le temps, 2004), Naked Heroes (Les Héros nus, 2003), Dead Sweet (Sucré à mort, 2004), Tal El Samak (2011), The Trail (La Piste, 2013), Motherland (Le Pays natal, 2016), Exile is Hard work (l’Exil est un travail pénible, 2016-2017), This is how I saw Gaza (C’est ainsi que j’ai vu Gaza, 2017). Deebi a occupé de nombreux postes importants d’enseignement de l’art et du design dans plusieurs institutions, notamment la « Winchester School of Art » et l’Université de Southampton au Royaume-Uni, le « Centro de Estudios Superiores de Diseño » de Monterrey, Mexique, l’Université Chulalongkorn, Bangkok, Thaïlande, l’Université Américaine du Caire, Egypte, la « Montclair State University », et Deebi est actuellement lecteur invité d’Art Contemporain à l’Université du Moyen-Orient l’Université de la ville de Birmingham au Royaume-Uni. Ses travaux ont été exposés sur la scène internationale, notamment Art Dubai, la « Palestinian Art Court – Al Hoash », Jérusalem, le musée de l’Université de Birzeit, Palestine, la Biennale Çanakkale, Turquie, la Kunsthalle d’Osnabrück en Allemagne, la 55ème Biennale de Venise en Italie, l’Art Lab Gnesta en Suède, le « Berlin Art Laboratory », Allemagne, l’Art Space Gallery à l’Université Sang Myung, Séoul, Corée du Sud, Darb 1718, Le Caire, Egypte, Kunstverein, Allemagne, le « Queens Museum of Art », New York, Etats-Unis, « Haus am Lutzowplatz », Berlin, Allemagne, la Tanit Art Gallery, Liban, la « Beirut Art Fair », Liban, la Triennale Asie-Pacifique à Taipei, Taiwan, et la VCU Art Gallery au Qatar. A propos de la conservatrice Marisa Cornejo Marisa Cornejo est une artiste établie à la fois en Suisse et en France. Elle est titulaire d’une licence en Arts Visuels de l’UNAM, Mexique et d’un Master de la CCC, HEAD, Genève, Suisse. Marisa Cornejo est née à Santiago du Chili en 1971 d’où sa famille s’est exilée après le coup d’état de septembre 1973 pour vivre en Argentine en 1973-76, puis en Bulgarie en 1977-78, en Belgique en 1978-80, et enfin au Mexique en 1980-1988 où elle a étudié la danse et les arts visuels et a collaboré au collectif d’art contemporain La Panadería à Mexico. En 1998, elle s’est établie en Angleterre où elle est devenue mère puis en 2002 à Bruxelles. Depuis 2005 elle vit à dans la région Genevoise où elle travaille sur les thèmes de la mémoire, de la migration forcée et la réparation du traumatisme du terrorisme d'etat a travers le dessin de ses rêves, en tant qu’artiste-chercheur. Heures d’ouverture: Jeudi 17.00 à 20.00 Mardi-Vendredi 13.00 à 16.00 Samedi-Dimanche 15.00 à 17.00 Finissage 25 novembre.2018 12.00 à 16:00 espace kugler art contemporain 19, avenue de la Jonction 1205 Genève team@espacekugler.ch Directions: www.google.com Transport: Tram N° 14 Bus N°11 Arret Junction Links: www.reuters.com www.artsy.net www.youtube.com

Source: http://www.espacekugler.ch


Avenue de la Jonction 19
1205 Genève
Suisse

#expo
Nous avons temporairement désactivé la possibilité de naviguer vers les tags.