Exposition temporaire Identità, les Corses et les migrations (XVIIe-XXIe siècles)

oct.
23

ven. 30/11/2018 de 14h00 à 17h00

sam. 01/12/2018 de 9h00 à 12h00

sam. 01/12/2018 de 14h00 à 17h00

Musée de Bastia
Palais des Gouverneurs, place du donjon, La Citadelle 20200 BASTIA
20200 Bastia
France
Bastia

Cette exposition ambitionne de répondre à une question : comment l'identité corse se construit-elle dans ce rapport à l'Autre induit par les migrations ?

De Marseille à Saïgon, en passant par le continent américain, l'émigration des insulaires est un phénomène marquant des XIXe et XXe siècles, n'épargnant aucune famille et aucun village. Elle s'inscrit dans une tradition remontant à l'époque moderne, voire médiévale, en direction de l'Italie avant de se rattacher au contexte migratoire du Mezzogiorno de l'Europe du Sud. Entre 1931 et 1938, plus de 6 000 Corses quittent chaque année l'île pour s'installer ailleurs. Dans les années 1950, ils sont encore 1 000 à 1 200 à émigrer tous les ans. Du XIXe au XXe siècle, on estime à plus de 150 000 le nombre d'insulaires qui partent, par vagues successives, pour des destinations qui évoluent au cours des décennies sans que l'attachement viscéral à l'île ne disparaisse. Facteur d'intégration à l'ensemble national français, cette émigration se révèle également le principal moteur de la construction de l'identité corse. Combattues, subies ou acceptées, les conséquences positives ou négatives sur la société insulaire sont considérables tant d'un point de vue humain, qu'économique, social et culturel mais aussi politique. Dans les années 1970, l'adoption du terme de « diaspora » pour qualifier la vaste communauté insulaire en France continentale et à l'étranger est révélatrice de la place occupée par ce phénomène dans l'imaginaire corse. Sénèque témoigne du rôle « traditionnel » d'accueil des étrangers que l'île a joué dès l'Antiquité. Du Moyen Age à la période moderne l'immigré est originaire de la péninsule italienne. Toscans, Sardes et Ligures ne sont cependant pas perçus comme des « étrangers » dans une Corse intégrée culturelle et économiquement l'ensemble italien. L'annexion française change la donne. Naguère minoritaires, les Français deviennent une composante croissante des nouveaux arrivants. En extrayant l'île de l'aire culturelle italienne afin de l'intégrer à la nation, les flux migratoires provenant de la péninsule sont perçus à travers une ambivalence identitaire instrumentalisée par les différents régimes... et les Corses eux-mêmes. La deuxième moitié du XXe siècle et le début du XXIe sont marqués par une nouvelle révolution avec la substitution des Italiens - longtemps majoritaires - au profit des maghrébins et des portugais qui deviennent les premières communautés étrangères dans l'île. Les récents évènements internationaux, la crise d'identité nationale que traverse la France et qui se répercute d'une manière singulière en Corse prouvent à quel point la définition de l'identité insulaire se construit par rapport aux altérités et à leurs représentations auxquelles la société est confrontée. Identità (identité), un mot qui même au pluriel demeure invariable comme un écho au concept idéologique d'intégration porté par cette « communauté de destin» censée définir le peuple corse.

Source: openagenda.com


Musée de Bastia
Palais des Gouverneurs, place du donjon, La Citadelle 20200 BASTIA
20200 Bastia
France